Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 20 janvier 2018

Climat 5 janvier 2009

Susan Solomon et le changement climatique

Chercheur d’exception Mme Susan Solomon nous promet pourtant le pire. Ecouter ce prix Nobel serait pourtant le minimum de respect que les humains insouciants pourraient lui témoigner.

Connue pour avoir reçu en 2007 le Prix Nobel de la Paix conjointement avec M. Al Gore l’américaine Mme Susan Solomon est spécialiste mondiale de l’ozone et du climat. Elle a reçu le mardi 25 novembre 2008 la Grande médaille de l’Académie des sciences. Cette distinction témoigne de l’importance que la communauté française accorde à ses travaux.

Des travaux et des résultats sans cesse confirmés

Les travaux de Mme Solomon sont reconnus internationalement depuis plus de 25 ans dans le domaine de la recherche atmosphérique. Ses travaux ont notamment fournis les éléments de mesure et de compréhension de la destruction de la couche d’ozone au dessus de l’Antarctique.

Citations du chercheur* :

- "Le changement climatique est quelque chose qui va changer le monde, cela va créer une nouvelle planète en l’espace de 50 ans",
- "Ce qui m’a convaincu, c’est l’observation des faits",
- "Tout converge pour montrer la part essentielle de l’homme dans le réchauffement du climat",
- "Cela va rendre certains endroits de la planète inhabitables, et ceux qui souffriront le plus sont les plus pauvres, qui n’auront pas les moyens de s’adapter".
- "Pour certains, c’est quelque chose de très effrayant, ce qui explique qu’il y ait autant d’émotion autour de cette question",
- "Les gens sont comme les chats, ils n’aiment pas le changement",
- "La science est là pour apporter la rationalité".

L’être humain attentiste et passif

Plus le temps passe et plus les menaces du changement climatique se précisent.
Le climat va changer (et a déjà changé). Mme Solomon dit : "Pour un scénario médian, on s’attend à une évolution du dessèchement dans les régions tropicales et à plus de précipitations dans les régions du Nord". Et de poursuivre : "Les cyclones tropicaux futurs seront plus intenses, avec des précipitations et des vents maximaux plus forts".

Les enfants qui naissent au début de ce 21e siècle sont très directement concernés. Mais sommes nous prêts à sacrifier notre voiture et toutes nos pollutions domestiques au profit de ces enfants ?

Formulons aujourd’hui le vœux que nous prenions tous (ensemble) conscience de l’urgence. Et d’accepter les changement de comportement nécessaires pour offrir une vie plus douce à nos descendants. JS

*Extraits de déclarations diffusées par la presse française en 2007 et 2008.