Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 11 décembre 2017

Bel et indispensable ouvrage de pollinisation
© Photo : Jacques Solomiac

Editorial 2 novembre 2013

Surprise indignée

La France, l’Allemagne, ... viennent de s’apercevoir, en 2013, que l’espionnage existe.

L’espionnage est une pratique certainement aussi ancienne que la guerre. Qui, elle même, a du apparaître avec les premiers hommes.

« Une armée sans agents secrets est un homme sans yeux ni oreilles », disait, déjà , Sun Tzu au VIe siècle av. J.-C..

Des millions de citoyens, français, européens, l’institution européenne et le téléphone de la chancelière allemande aurait été écoutés. Ce n’est pas très flatteur pour le contre espionnage des pays de la vieille Europe. Et si le Président français, la chancelière allemande ont demandé des explications au Président américain qu’en est il des écoutes des simples citoyens ?

Quel cinéma ! Que peuvent obtenir les délégations de députés envoyés aux Etats-Unis si ce n’est que des promesses sans avenir ?

Avec les technologies de communication, toujours plus performantes, la dépendance des humains pour les médias numériques et des gadgets de localisation, comment, et pourquoi, se priver de suivre et d’écouter les individus ? C’est trop facile.

Le justification des écoutes c’est la protection des états contre les cyber attaques et les attentats terroristes. Les martiens restent perplexes.

En 2020, 50 milliards d’objets seront connectés. Il suffira, comme aujourd’hui, de "brancher" quelques grandes oreilles sur cette grande toile et le tour sera joué.

Nos dirigeants politiques européens ne peuvent pas dire sérieusement qu’ils sont surpris. Monsieur Bougon.