Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 13 décembre 2017

Bel et indispensable ouvrage de pollinisation
© Photo : Jacques Solomiac

Editorial 20 novembre 2011

Sécurité nucléaire en France : rien ne presse (!?)

Si la catastrophe de Fukushima ne s’était pas produite personne ne se poserait trop de questions sur la sécurité des sites nucléaires français. Pourtant en cette fin d’année 2011 un rapport de l’IRSN (1) indique que si les installations nationales peuvent être considérées comme sûres elles ne résisteraient pas à des désordres sismiques ou climatiques violents.

PARIS (©AFP / 17 novembre 2011 14h03) "Les installations nucléaires françaises sont considérées comme sûres mais ne résisteraient probablement pas à des catastrophes naturelles extrêmes comme à Fukushima : il faut donc renforcer au plus vite leurs normes de sécurité, avertissent les gendarmes du nucléaire."...

Voilà . C’est rassurant.

Le communiqué de l’AFP poursuit : "... L’expérience de Fukushima et les tests de résistance mettent en évidence la nécessité de faire évoluer sans tarder certains référentiels de sûreté des installations, sans attendre les visites de contrôle effectuées tous les dix ans, insiste l’IRSN."...

... Certaines centrales ne respectent pas les normes actuellement en vigueur, a révélé Jacques Repussard, assurant toutefois qu’il n’y avait pas de sites dangereux en France.

Il s’avère qu’il existe un certain nombre de non conformités par rapport aux référentiels nucléaires de sûreté, a-t-il expliqué, appelant à des corrections rapides de ces petits défauts qui peuvent avoir des conséquences graves.

Selon l’IRSN, même si ces écarts, en général temporaires, ne remettent pas directement en cause la sûreté des installations, ils peuvent en effet fragiliser les installations en cas d’accident."

EDF en silence

Interrogé par l’AFP, EDF s’est refusé à commenter le rapport de l’IRSN, attendant la remise au Premier ministre du rapport final de l’ASN (2) à la fin de l’année.

Rien à craindre donc. Nous sommes en sécurité, mais en cas de catastrophe il pourrait y avoir de graves problèmes sur nos centrales les plus anciennes ou sur celles qui ne respectent pas les recommandations de base.

Et comme notre dépendance au nucléaire est la plus forte d’Europe ... Il n’y a plus qu’à espérer que rien de grave n’arrivera à nos centrales vieillissantes que personne ne veut démanteler. Et pour les énergies de substitution il sera toujours temps de s’en occuper plus tard. JS.

(1) IRSN : Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

(2) ASN : Autorité de sûreté nucléaire