Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 11 décembre 2017

Bel et indispensable ouvrage de pollinisation
© Photo : Jacques Solomiac

Editorial 1er avril 2012

Poisson d’avril 2012

Aux informations, ce matin, une nouvelle prend des proportions de catastrophe naturelle majeure : le Président de la République française et son gouvernement ont démissionné.

Les animateurs et les chroniqueurs des tranches d’informations matinales sont au bord de l’asphyxie. Ils répètent en boucle les supposées causes de cet évènement et les prétendues conséquences du vide politique qui est ainsi créé. Conséquences sur lesquelles d’ailleurs, aucun de ces beaux parleurs, qui savent tout (ou presque), ne sont d’accord.

C’est vrai qu’à 3 semaines du premier tour des élections présidentielles l’information a de quoi surprendre.
Fatigue politique ? Impuissance à régler les problèmes dans lesquels la mondialisation nous a immergés ? Bluff politique, pour empêcher les prétendants au trône Elyséen de venir chasser les occupants au pouvoir ? Allez savoir !

Mon humble avis sur cette information c’est que nous sommes au bout d’un système. Trop de mensonges, de perversités et trop d’obstacles sont venus à bout de notre élite politicienne.
Les thèmes débattus dans la campagne pour cette prochaine élection font abstraction des sujets les plus graves qui inquiètent les français ordinaires. Eux seuls semblent conscients que ça ne va pas bien.
Florilège de promesses qui pourraient encore nous être faites. Moi, candidat, je vais changer tout ça :
L’été est arrivé avant le printemps avec son lot de sécheresse et autres pollutions, le climat est en vrac (mais si vous m’élisez ça va s’arranger) ; les « politiques » sont des professionnels qui occupent leurs fonctions dix, vingt, trente ans, … en les coupant de la réalité ; le chômage augmente tous les mois malgré les efforts des statisticiens pour tordre le cou aux chiffres ; le pays est de plus en plus dans une sorte d’insécurité qui ne dit pas son nom mais qui livre son lot d’agressions et de morts violentes ; la démocratie n’est plus la mère de notre République ; le Monde est à feu et à sang au profit des mafias et des fabricants d’armes ; les prix augmentent partout et trop vite mais l’indice des prix est presque à la baisse ; la qualité de nos aliments est mauvaise mais l’industrie pharmaceutique se goinfre de bénéfices ; les multinationales s’approprient le vivant (pourtant bien commun de l’humanité) ; les banques spéculent ; les patrons s’augmentent ; les pétroliers font des fuites et se remplissent les poches ; le nucléaire nous irradie, mais si vous m’élisez ce ne sera pas grave …

C’est peut être à cause de tout cela que nos politiques auraient pu démissionner ce 1er avril 2012. Mais ils ne l’ont pas fait. Et j’en suis bien contrarié.
Jacques Solomiac