Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 11 décembre 2017

Bel et indispensable ouvrage de pollinisation
© Photo : Jacques Solomiac

Editorial 25 novembre 2013

Optimisation fiscale

Les plus grosses entreprises françaises (celles dites du CAC 40) sont passées maître dans l’optimisation fiscale via les nombreuses filiales quelles ont dans le monde. Maintenant cette possibilité de frauder le fisc est offerte à toutes les PME.

Une recherche "sur optimisation fiscale" propose, sur internet, une solution de création d’une société "Offshore" pour 890 euros (novembre 2013).

Ce service consiste : "... à la création de sociétés dans de nombreuses juridictions "offshore" où l’imposition des bénéfices est faible, voire inexistante, ..."

Cette société "Offshore" servira surtout aux chefs d’entreprises pour optimiser les bénéfices de leurs sociétés. Les dirigeants peuvent ainsi se partager les bénéfices sans être soumis à un impôt.

Dans la pratique, une entreprise française crée, via un prestataire, une société à Maurice. Le prestataire va, moyennant finance, s’occuper de tout. Cette société "bidon" domiciliée à Maurice facture à la société française des prestations tout aussi "bidon" qui diminuent les résultats en France et permet de reverser, sur un compte ouvert dans une banque de Maurice, à l’entrepreneur tout l’argent qu’il pourra dégager sans payer d’impôt (ou presque pas). Le patron français se servira d’une carte bancaire internationale émise à Maurice pour dépenser son argent si durement gagné.
Elle est pas belle la vie ?

Selon Gabriel Zucman, "Il n’y a jamais eu autant d’argent qu’en 2013 dans les paradis fiscaux : selon mes calculs, 8 % du patrimoine financier mondial des ménages s’y trouve, soit une fortune de 5 800 milliards d’euros, dont 350 milliards appartenant à des Français. Depuis 2009, le montant des fortunes gérées dans les paradis fiscaux a augmenté de 25 %, et de 14 % en Suisse. Tout reste à faire !"

A l’heure de la réforme fiscale annoncée par le premier ministre français les martiens s’étouffent de rire.
Monsieur Bougon.

À lire aussi : Etonnant mode d’emploi