Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 18 novembre 2019

Climat 25 octobre 2007

Les réfugiés climatiques

Ce nouveau terme designe des groupes d’êtres humains migrants pour des raisons climatiques ou écologiques. Fatalité, dramatique conséquence de notre hypocrisie individuelle et collective qui condamne les autres au seul profit de notre confort.

Dans ce type d’information les chiffres avancés semblent parfois disproportionnés. Des millions, un milliard d’écoréfugiés à l’échelle individuelle c’est inconcevable.

E t pourtant !

Les incendies dans l’Etat de Californie en ce mois d’octobre 2007 sont un bon exemple d’une catastrophe écologique qui déplace des milliers puis un million de personnes ... Comment prévoir ? Et que vont devenir les familles parmi les plus pauvres dont les maisons ont été détruites ?

Le 28 août 2005, le maire de La Nouvelle-Orléans donne l’ordre à la population d’évacuer totalement la ville. Seuls partent, ceux qui en ont les moyens, c’est-à -dire ceux qui ont une voiture. 20 % des habitants sont restés.

Le bilan humain est très lourd : 1 075 morts, dont 799 pour la Louisiane, 219 pour le Mississippi et 19 en Floride. Source : Libération du 11/09/05

Le cyclone Katrina est la catastrophe naturelle la plus chère de l’histoire de l’assurance : il aurait causé 125 milliards de dégà¢ts dont une cinquantaine à la charge des assurances. Source : Le Monde du 14/09/05

Et les dégà¢ts ne sont pas prêts d’être éffacés.

Les réfugiés climatiques : une inflation alarmante

Une étude publiée par les Nations Unies prévoit que 50 millions de personnes pourraient devenir des ’ réfugiés climatiques ’ d’ici 2010.

D’ici à 2050, au moins un milliard de personnes vont migrer de par le monde, en conséquence notamment du réchauffement climatique, prévient l’organisation humanitaire britannique ’Christian Aid’ dans un rapport publié en 2007 sous le titre "Marée humaine : la véritable crise migratoire".
"Nous pensons que la migration forcée est désormais la menace la plus pressante contre les populations pauvres dans les pays en voie de développement", souligne John Davison, un des auteurs du rapport.

Un grand nombre de ces réfugiés écologiques franchiront des frontières, ce qui ne fera qu’accroître les tensions internationales, envenimant certains conflits ou en créant de nouveaux dans les pays en développement. Mais beaucoup d’autres seront déplacés à l’intérieur d’Etats, ce qui les privera des droits que confère internationalement le statut de réfugié.

D’après ’Christian Aid’, la Colombie, le Mali et la Birmanie sont les trois pays les plus exposés.

"Un monde avec beaucoup d’autres Darfour est le scénario cauchemar de plus en plus probable", ajoute l’ONG qui cite par ailleurs quelques chiffres non encore publiés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), précisant que, d’ici 2080, ce sont entre 1,1 et 3,2 milliards de personnes qui manqueront d’eau et qu’entre 200 et 600 millions de personnes souffriront de la faim.

Profitons en heureux humains ! Le pire est devant nous.