Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 14 août 2018

Editorial 16 juin 2010

La réforme des retraites : un bien nécessaire avant 2012

16 juin 2010 les suppositions sont confirmées. La retraite à 60 ans est morte. Ce sera, à l’horizon 2018, à 62 ans que les travailleurs pourront prendre leur retraite. Pour le financement le minimum est fait. Pour les "peines plus lourdes" on verra après 2012.

Le seul objectif des "politiques" en France c’est l’échéance électorale de la présidentielle en 2012. Et cela dure déjà depuis plusieurs mois. Tous se positionnent. Bayrou a été reçu à l’Elysée, les socialistes sont à couteaux tirés (comme d’habitude), Villepin crée son mouvement, les Verts ont plus de candidats que d’adhérents et les "petits partis" cherchent des alliances.

La vie (politique) continue.

C’est la rigueur ! Il y aurait pourtant d’autres priorités (?!)

L’Europe n’en finit pas de chercher des accords, ou des compromis, pour faire croire que les pays de la zone Euro sont solidaires et suffisamment puissants pour faire face aux débà¢cles financières de la Grèce, de l’Espagne, du Portugal ... Tous ces pays qui ont vécu au dessus de leurs moyens et qui finissent par s’apercevoir que les caisses sont vides. En France la dette est IMMENSE mais c’est pas grave.

L’Allemagne n’a rien à faire des déboires des pays les plus endettés, la France voudrait faire croire qu’elle est prête à aider tout le monde sans s’apercevoir que sa dette est bien trop grande pour jouer le généreux donateurs.

Et puis il y a les chinois, la Coupe du Monde de foot, la marée noire de BP, les bourses qui n’en finissent pas de faire du yoyo et l’économie qui ne veut pas de sortir de la crise depuis 2008.

C’est aussi la rigueur en France

Notre Ministre de l’Economie et des Finances, Mme Lagarde a beau répéter depuis le début de la crise financière que nous serons les premiers à en sortir, nous n’arrêtons pas de nous enfoncer dans une situation de plus en plus compliquée. Alors pour sortir de la situation on s’attaque à la retraite.

Et (presque) personne ne dit que :

Le vrai problème de la retraite en France c’est l’emploi.

En France nous avons la chance d’avoir une protection sociale et un système de retraite par répartition exceptionnel. Sauf que les "gérants" de ces merveilleux instruments ne sont pas aperçu que cela ne pourrait pas durer. Pour de nombreuses raisons : L’espérance de vie, la mondialisation, la compétitivité, la baisse bien réelle du pouvoir d’achat depuis le passage à l’Euro, la forte croissance des pays d’Asie, d’Amérique Latine et d’Afrique qui alimentent leur croissance avec leur demande intérieure et nous revendent pas cher leurs excédents pour "tuer" nos productions intérieures. Etc.

Alors pour payer les retraites en France il n’y a plus de sous. Solution : ceux qui travaillent devront rester au travail plus longtemps et payer un peu plus cher leurs cotisations.

L’observateur n’a pas l’impression que toutes les solutions pour réformer les retraites ont été étudiées. Les cumuls emploi/retraite de nos élus est un exemple du plus mauvais effet, comme le bouclier fiscal, les super profits des banques, les niches fiscales, ... Les riches peuvent attendre. Mais l’observateur n’est pas spécialiste et c’est pas beau d’être jaloux.

Et en particulier, l’observateur, pense qu’il ne suffira pas de dire à quelqu’un qui est demandeur d’emploi qu’il faudra qu’il attende 62 ans pour partir à la retraite.

Le vrai problème à résoudre c’est peut être de trouver un emploi à tous les français en capacité de travailler. Il ne reste qu’à trouver du travail aux 5 millions de personnes qui sont au chômage, au RMI, en stage, ... Et le tour sera joué.

C’est plus facile à dire qu’à faire. Et vu le plan de rigueur que le Premier Ministre nous annonce se sera moins porteur pour 2012 d’avouer son impuissance à trouver du travail pour tous que de faire un rapide bricolage qui permet de passer quelques années en paix.

Jacques Solomiac