Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 13 décembre 2017

La vie 24 mars 2008

L’eau : enjeu vital aujourd’hui et demain

Le thème 2008 de la journée mondiale de l’eau est l’assainissement.
Selon les estimations officielles de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ce sont plus de 2,4 milliards de personnes qui n’ont pas aujourd’hui un accès permanent à l’eau potable et à un quelconque système d’assainissement.

Pourtant la consommation d’eau d’un européen est de 200 à 300 litres par jour. Celle d’un américain est le double de celle d’un européen (500 litres).
Un africain de la bande sahélienne dispose de 10 litres environ par jour.

Cette disparité n’a pratiquement pas évoluée depuis que la journée mondiale de l’eau a été instituée en 1992.

Historique de la Journée mondiale de l’eau

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté le 22 décembre 1992 la résolution A/RES/47/193 qui déclara le 22 mars de chaque année "Journée mondiale de l’eau", à compter de l’année 1993, conformément aux recommandations de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED), exprimées dans le Chapitre 18 (Ressources en eau douce) d’Action 21. Cette résolution invitait les États à consacrer ce jour selon le contexte national, en concrétisant des actions telles que la sensibilisation du public par des publications, des diffusions de documentaires, l’organisation de conférences, de tables rondes, de séminaires et d’expositions liés à la conservation et au développement des ressources en eau et à la mise en œuvre des recommandations d’Action 21. Source : ONU.

Peu de solutions dans un contexte de pénurie aggravée

La dé-salinisation de l’eau semble la solution la plus logique pour permettre au plus grand nombre d’humains d’avoir accès à l’eau pour vivre (boisson, culture, hygiène). Sur la planéte terre seulement 3% d’eau douce pour 97% d’eau de mer sont disponibles. Mais cette technique ne semble pas être la panacée. La dé-salinisation coûte cher surtout pour transport de l’eau ainsi traitée. Et le résultat de l’utilisation d’une eau dé-salée sur les cultures n’est pas toujours probante (appauvrissement en sels minéraux). Voir le site : notre planète >

L’eau comme enjeu stratégique et source de conflits

"Le toit du monde : le Tibet est la réserve d’eau de la Chine de l’Inde et des autres pays limitrophes. Les chinois qui ont subi ces dernières années de terribles périodes de sècheresse ne s’y sont pas trompés. Au delà des autres considérations historiques, militaires et géopolitiques, l’eau des hauts sommets tibétains est la véritable garanti d’existence des siècles à venir.

L’Espagne touchée par la sècheresse envisage d’alimenter la métropole de Barcelone avec des bateaux en provenance de Marseille. Le contrat en cours de négociation avec la Société des Eaux de Marseille permettrait l’arrivée quotidienne de 25 000 m3 d’eau du Rhône.

La Turquie contrôle le Tigre et l’Euphrate et priveront s’il le faut les pays traversés en aval par les fleuves : Syrie et Irak. Ce qui ne devrait pas spécialement améliorer la stabilité de cette région déjà bien agitée. C’est la même situation pour Israà« l qui puise dans les nappes de Cisjordanie et dans le Jourdain tant que la Syrie et le Liban le permettront.

De telles situations ne peuvent qu’attiser les peurs et développer des protectionnisme, dangereux à long terme, comme celui du Québec interdisant toute exportation d’eau.

Rappel de l’utilisation de l’eau

En France en 2007 l’eau des ménages est utilisée comme suit :
- 39 % pour les bains et les douches
- 20 % pour les W.C
- 12 % pour le linge
- 10 % pour la vaisselle
- 6 % pour la préparation de la nourriture
- 6 % pour les usages domestiques divers
- 6 % pour le lavage de la voiture et l’arrosage du jardin
- 1 % pour l’eau potable
Source : EauFrance

L’agriculture utilise 11 % de l’eau prélevée en France. La culture du maïs y représente, à elle seule 50 % des consommations d’eau nécessaires aux différentes cultures.
Pour produire un kilogramme de maïs, il faut 454 litres d’eau. Il en faut 590 litres pour un kilogramme de blé. Cette quantité d’eau passe à 5000 litres pour un kilogramme de riz (inondé).

Extraits (Document complet en ligne) :
"La pénurie en eau croissante dans les zones arides est désormais un fait reconnu. Suivant la Commission Mondiale de l’Environnement et du Développement, approximativement 80 pays avec 40 pour cent de la population souffrent déjà de graves problèmes de pénurie d’eau. .. Se référant à la consommation en eau par évapotranspiration, 80 à 90% de l’eau est utilisée en agriculture. Malheureusement, l’efficience d’utilisation de l’eau est très faible et n’excède pas 45% avec plus de 50% des pertes, ce qui fait que c’est dans le secteur agricole plus qu’en d’autres secteurs qu’on peut réaliser une économie d’eau considérable"...