Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 16 août 2018

Editorial 29 octobre 2010

Haïti : la honte du Monde

"Plus de 5 milliards de dollars engagés pour le relèvement d’Haïti"

Les États Membres des Nations Unies et leurs partenaires internationaux ont annoncé des apports de 5,3 millions de dollars au cours des 18 mois à venir, pour permettre à Haïti de s’engager sur la voie du relèvement à long terme, après le séisme du 12 janvier. Information sur la page d’accueil du site de la Conférence internationale des donateurs pour un nouvel avenir en Haïti.> ICI. Information observée le 30 octobre 2010.

Le 12 juillet 2010 : Six mois après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti, le gouvernement canadien a dressé la liste de ses interventions mais la lenteur de l’aide frustre ceux qui oeuvrent sur le terrain.

Le ministre des Affaire étrangères canadien, Lawrence Cannon déclare : "Ottawa a déjà versé 150 millions de dollars canadiens à Haïti, surtout en aide humanitaire d’urgence, c’est-à -dire en nourriture, en eau et en soins médicaux.

Mais pas un sou des 400 millions $ annoncés à la Conférence internationale des donateurs aux Nations unies en mars 2010 n’ont été transférés au fonds qui verra à la reconstruction du pays".

Si le Canada n’a pas versé un dollar des 400 millions prévus à la Conférence des donateurs beaucoup d’autres millions ont du rester à l’état de promesse.

Alors il n’est pas utile de se poser la question : Pourquoi il ne s’est (presque) rien passé sur le terrain ?

Et maintenant le choléra

"D’après le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé, l’épidémie de choléra en Haïti aurait déjà fait près de 300 morts, alors que le pire ne serait pas encore passé. Un pessimisme qui n’empêche pas l’OMS, ainsi que les Nations unies, de féliciter la réaction rapide du gouvernement haïtien." Source : RFI

Honte. Les Organisations Internationales qui ne doivent pas trop être fières de leur efficacité ont le culot de dire bravo à Haïti pour leur traitement de l’épidémie. Alors qu’en aidant tout de suite à remettre en état les infrastructures sanitaires cette épidémie aurait probablement était évitée.

Jacques Solomiac