Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 11 décembre 2017

Bel et indispensable ouvrage de pollinisation
© Photo : Jacques Solomiac

Editorial 31 décembre 2008

Et pour finir (2008) : la guerre

Occupés que nous étions par les fêtes de fin d’année nous n’avons eu comme seul reflet de la guerre que les écrans de la télévision et l’écho des journaux radiodiffusés. La guerre à de nouveau déversé sa violence au proche-orient pendant que nous fêtions Noà« l.

Et ce n’est qu’un début.

Les chars et les fantassins israéliens se massent autour de la bande de Gaza pour un "nettoyage" de tout ce qui est ou sert le Hamas.

Qu’ils se débrouillent

Comme chaque fois que dans le monde les civils sont massacrés du simple fait que c’est plus facile de tuer des innocents que de s’attaquer à un combattant ennemi armé (1) et entrainé les organisations internationales sont aux abonnés absents.

Déclaration du 27 décembre 2008, de la France à l’ONU, sur les violences à Gaza :

"La présidence du Conseil de l’Union européenne, qui avait condamné le 24 décembre les tirs de roquettes visant le territoire israélien à partir de Gaza, exprime sa plus vive préoccupation devant l’escalade de la violence dans la bande de Gaza et déplore le très grand nombre de victimes civiles.

Elle exprime sa plus profonde sympathie aux familles et aux proches des victimes.

Elle condamne les bombardements israéliens, ainsi que des tirs de roquettes en provenance de Gaza. Elle demande leur arrêt immédiat. Elle condamne l’usage disproportionné de la force.

La présidence du Conseil de l’Union européenne rappelle qu’il n’y a pas de solution militaire à Gaza et demande l’instauration d’une trêve durable. Elle encourage les efforts des pays voisins , en particulier ceux de l’Egypte, qui pourront permettre d’atteindre cet objectif.

La présidence du Conseil de l’Union européenne, qui réaffirme son attachement au plein respect du droit international humanitaire en toutes circonstances, appelle instamment à la réouverture de l’ensemble des points de passage et à la reprise immédiate des livraisons de produits humanitaires et de fioul et au libre accès des organisations internationales et humanitaires, des diplomates et des journalistes".

NDLR : C’est pas gentil ce petit mot pour arrêter une guerre ?

MM. les belligérants s’il vous plait vous pourriez respecter la trêve des confiseurs. Je suis moi, Président français, président en exercice du Conseil de l’Union européenne (jusqu’au 31 décembre) en vacances. J’en profite pour vendre des armes au Brésil (1), mon premier Ministre est lui en Egypte pour un repos mérité. Laissez nous respirer.

Plus d’infos :
- Une brève histoire d’Israà« l, de la Palestine et du conflit
- Palestine, un Etat revendiqué : En 1947 une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies propose la partition de la Palestine en deux États, un État juif et un État arabe.

Carte du territoire palestinien. DR

(1) Petit rappel : dans l’histoire ancienne lorsque deux nations voulaient se faire une bataille les chefs de guerre rassemblaient leur troupes et ils allaient en découdre dans une vaste plaine. Une armée contre une armée. Ces guerres là n’étaient pas moins meurtrières pour des hommes parfois enrôlés de force. Mais au moins les populations ne servaient pas de boucliers humains et n’étaient pas découpés à la machette dans l’indifférence générale.

(2) Pour DCNS et Eurocopter, Noà« l 2008 a un air de samba ! Paris et Brasilia vont signer ce matin une série d’accords bilatéraux dont le plus important repose sur la vente d’armements pour 8,6 milliards d’euros, dont 5,2 reviendront directement aux deux entreprises et à leurs sous-traitants : 50 hélicoptères de transport militaires EC725, 4 sous-marins à propulsion classique de la famille Scorpène, assistance au développement d’un sous-marin nucléaire, et construction d’une base navale pour abriter ces navires. Et encore, l’armement reste à négocier (missiles Exocet SM39 et torpilles lourdes MU90). De même, les équipements numérisés du fantassin et l’électronique du champ de bataille pourraient se rajouter à la liste. Les Echos 23/12/08 ALAIN RUELLO