Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 13 décembre 2017

Ecologie 24 mars 2011

Le nucléaire français coûte cher

La catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, a un impact mondial. La France va devoir augmenter beaucoup sa facture énergétique aux citoyens pour gérer au mieux sa production d’électricité nucléaire.

EDF vient d’en faire la demande à l’Etat : selon Les Echos, EDF a d’augmenter la facture des particuliers de 5,1% à 6,5%, inflation comprise, chaque année jusqu’en 2015. Donc 30% de hausse ?

Avec sa demande de forte augmentation des tarifs d’électricité en France, EDF semble dire que les prix actuels de l’électricité sont en dessous de ses coûts réels. C’est une première. Le mythe de l’électricité nucléaire pas chère s’écroule et illustre la vulnérabilité de notre système énergétique. La question qui se pose désormais est : quel est le coût réel du nucléaire ?

Le nucléaire coûte très cher

l’énergie nucléaire coûte cher et pour calculer son vrai prix il faut prendre en compte tous ses coûts : recherche et développement, extraction et importation d’uranium, exploitation, entretien, transport par des lignes THT, déchets, sécurité, risques, le démantèlement, l’assurance…

Et au delà d’un prix exorbitif du nucléaire productif il faut prendre en compte la gestion des déchets s’avère un gouffre financier et une vrai catastrophe écologique.
Les "experts" (il y en a partout) disent que les déchets seront dangereux 100.000 ans. Ils en savent quoi ? Ils ne seront pas là pour vérifier de toute façon !

Selon un communiqué de France Nature Environnement : "Dès 1999, le rapport de Jean-Michel Charpin, Benjamin Dessus et René Pellat chiffrait le coût pour la recherche et le développement ainsi que pour l’exploitation des centrales françaises entre 418 et 446 milliards d’euros.

• Le coût de construction d’une centrale est aussi démesuré que difficile à estimer. La preuve avec les chantiers EPR en Finlande et à Flamanville qui accusent tous les deux de 2 à 3 ans de retard, avec un prix qui est passé de 3,3 milliards à plus de 5 milliards d’euros pour la centrale de Flamanville. En tout (pour Flamanville et la Finlande) Areva a provisionné 2,6 milliards d’euros à cause des retards. Immobilisations qui s’ajoutent aux 423 millions de pertes d’Areva en 2010.

• Il faut ajouter à cela un coût de démantèlement chiffré à 63 milliards d’euros par la Cour des Comptes (rapport de 2005) qui s’inquiète du manque de provisions financières d’EDF et d’Areva pour couvrir ces dépenses.
...

• Le stockage des déchets devra être assuré pendant toute la durée de leur radioactivité (100 000 ans). Aucune solution n’existe actuellement et les tentatives sont extrêmement coûteuses : le prix du centre de stockage profond à Bure est passé de 15 milliards à plus de 35 milliards d’euros en quelques années"

Assurance en cas de catastrophe

EDF n’est pas très prudente. Si l’on sait que la catastrophe d’AZF a coûté 2 milliards d’euros, le coût purement économique de la catastrophe de Tchernobyl s’élève lui à plus de 500 milliards de euros … Alors que EDF est assuré pour tout accident seulement à hauteur de 91 millions d’euros.

Source FNE. Signé Léa.