Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 13 décembre 2017

Bel et indispensable ouvrage de pollinisation
© Photo : Jacques Solomiac

Editorial 18 janvier 2010

Dieu est partout, sauf en Haïti.

Dieu. En Haïti le sauveur a abandonné les pauvres et les opprimés. Les haïtiens en oublient leur Foi. Pourquoi tant de misère et de souffrance ?

L’histoire de ce petit bout de terre dans le bassin des Caraïbes pourrait être paradisiaque.

Après le séisme du 12 janvier 2010 il ne servirait à rien de rajouter aux exagérations des médias qui ne savent plus où ils en sont du nombre des morts, des blessés, des disparus et des sans abris. Ils sont de toute façon TROP nombreux.

Prenons un tout petit peu de recul pour essayer de comprendre pourquoi tous ces enchainements de catastrophes anéantissent ce peuple qui a déjà tant souffert : le hasard ? L’inconséquence des hommes ?

Les sites donnés en référence donneront l’essentiel de l’histoire d’un pays qui a vécu l’esclavage, la guerre, les invasions, la famine, les massacres des tontons macoutes, la dette, les inondations, les séismes. Nous n’écrirons rien sur l’Etat français et sa rançon colossale, les Espagnols, la dette du FMI, le Duvalier (Jean-Claude, dit Bébé Doc, le fils de son père) réfugié en France avec des centaines de millions de dollars, l’occupation américaine, les ONG, l’ONU, les programmes prétexes qui ont pillé les ressources naturelles.

Ils ont tout subi.

Et après ? On recommence ?

Extrait d’un article de Grégoire Souchay du 14 janvier 2010 :
"... Bien sûr que nous allons envoyer une mission d’aide d’urgence.
Et les ONG lanceront une collecte de fond, ou de produits de première nécessité.
Vous comprenez ces pauvres, il FAUT les aider.
...
Et puis on oubliera, on aura fait notre devoir de "citoyen du monde", et les choses reprendront leur cours normal.
Et Le pays sombrera de nouveau dans la violence, l’exploitation et peut être subira une nouvelle catastrophe naturelle ...

Je suis cynique ? Certainement.

En colère ? Egalement.

Nous avons depuis quelques mois à Vive Tv des camarades venus d’Haiti qui travaillent avec nous et qui se forment à la communication populaire.
Et les premiers mots qui leurs viennent voyant l’attitude de l’Occident, c’est : "hypocrisie" ; "mensonge" ; "honte"

Pourquoi ? Parce qu’ils ont une mémoire, ils connaissent leur Histoire.
Outre les cataclysmes, l’ile est actuellement victime d’une crise sociale et environnementale. Et celle-ci ne tombe pas de la Punition Divine.
Elle remonte à très loin, au temps où la population menait la première révolution des Amériques, contre l’esclavage et la colonisation.
Au temps lointain où la France fit payer le pays pour accepter son Indépendance.
Dont la dette tient aujourd’hui encore le pays par la gorge.
....

Ou encore plus récemment, en 2004 cette mission de l’ONU, MINUSTAH, à laquelle participe la France et le Brésil entre autres, qui se comporte en véritable armée d’occupation, les soldats de la "mission de stabilisation" violant les femmes, tuant les hommes, pillant et massacrant comme à la cité du Soleil en 2005. Tout en menant ce "programme de développement" qui n’a constitué qu’à procéder à la déforestation de presque l’ensemble du territoire.
Tout ça pour quoi ?
... Répondre à l’appétit des entrepreneurs des multinationales du monde entier, convoitant les riches ressources naturelles de ce pays.
Ainsi, oui l’on peut parler d’hypocrisie. Aide humanitaire en pleine catastrophe, mais domination néocoloniale le reste du temps, y compris sous mandat de l’ONU, dont les soldats ont été jugés mais non condamnés, pour cause de vide juridique.

Et n’oublions pas une chose, ce pays n’est pas simplement une îlot misérable, où tout s’écroule en permanence, mais aussi un terre de luttes sociales, avec une histoire, un contexte socio-politique et des espoirs..."

L’article complet de Grégoire Souchay > ICI

La situation d’Haïti cinq ans après l’invasion du pays par l’ONU > ICI

Retour en arrière (juin 2004) : Haïti - un test pour l’ONU > ICI

À lire aussi : La