Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 23 avril 2018

Editorial 17 février 2009

Consommation, crise, comportement, ...

Les français auraient changé (dans leur comportement de consommation). C’est eux qui le disent dans un sondage publié le 15 février 2009 dans je Journal du Dimanche (JDD).

La crise est passée par là . Les français déclarent avoir changé leurs modes de consommation. Pas pour les vacances et les loisirs qu’il faut préserver. Pour le reste la tendance est au changement.

Dans un sondage exclusif Ifop pour Le Journal du Dimanche, 68% des Français estiment qu’on leur propose souvent "des produits trop sophistiqués" qui ne correspondent pas vraiment à leurs besoins. Donc retour aux choses simples et utiles.

Descente sur terre

Les téléphones remplis de jeux et de gadgets sont boudés au profit d’appareils qui servent vraiment à téléphoner.
Pour les voitures c’est le même constat. Alors que le carburant avait battu des records les gros 4x4 gourmands continuaient à sortir des chaînes de productions. La voiture économe et propre va faire un malheur. Il y en a trop peu de disponibles. Les constructeurs n’ont pas su anticiper la crise et les évolutions de la société.

"Les constructeurs n’ont rien vu venir", explique Robert Rochefort, le patron du Credoc. "Les fabricants français d’automobiles ont raté le virage de la voiture propre", déclare de son coté Michel-Edouard Leclerc.

Acheter écologique

76% des Français disent privilégier des produits respectueux de l’environnement "même s’ils coûtent un peu plus cher".
Finalement les français ont peut-être pris conscience que la consommation à outrance avait un impact sur l’environnement ?
Ce comportement est récent, précise l’Ifop.
Si cette tendance est générale les champions d’une consommation "durable" sont les plus de 65 ans (85%) et les sympathisants écologistes (86%).

Le paradoxe de la relance par la consommation

Le résultat de cette enquête montre que les français auraient été prêts à accepter des modifications de comportement au moment ou la crise financière mettait en évidence les fragilités du système de consommation actuel.

La question qui peut se poser : les français ont-ils réellement changé volontairement ou bien ont-ils été contraints par l’environnement économique et social ?

Les gouvernements des pays dits du Nord auraient du saisir l’opportunité de la crise financière et économique pour orienter leurs politiques. La promesse de relance par la consommation qui est faite aujourd’hui, soutenue par l’injection de milliards, n’est pas réaliste. Consommer plus pour produire plus, ce cycle pervers a atteint ses limites. Il appauvri les uns au profit des autres, il épuise la terre, il pollue l’air et l’eau, il pervertit les esprits et plonge dans le malheur et la dépression nerveuse les humains.

... Et la Tour de Babel resta inachevée.
Jacques Solomiac