Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 22 mai 2018

La vie 17 mars 2011

Cancer et mode de vie

Les cas de cancer sont en forte progression en France. Pourquoi ? Notre mode de vie : alimentation, stress, environnement chimique, médicaments, ... est probablement en grande partie l’origine de cette augmentation.

Dossier complet sur le site de l’Institut de veille sanitaire > ICI

Le nombre de nouveaux cas de cancer en 2005 en France a été estimé à près de 320 000, 180 000 chez les hommes et 140 000 chez les femmes.

En 2005, les 3 cancers les plus fréquents chez l’homme sont le cancer de la prostate, le cancer du poumon et le cancer du colon-rectum.

Chez la femme, les 3 cancers les plus fréquents sont le cancer du sein, le cancer du colon-rectum et le cancer du poumon.

Par rapport à l’année 2000, le cancer de la prostate a encore accentué sa croissance pour être désormais le cancer le plus fréquent pour les 2 sexes confondus, et le cancer du poumon est devenu le 3 ème cancer le plus fréquent chez la femme (après les cancer du sein et du colon-rectum).

Depuis 1980 où le nombre de nouveaux cas de cancers s’élevait à 170 000, ce nombre a presque doublé chez l’homme (augmentation de 93%) et a progressé de 84% chez la femme.

Le nombre de décès par cancer en 2005 a été estimé à 146 000, traduisant une augmentation de 13% depuis 1980. Cette augmentation du nombre de décès par cancer n’est liée qu’aux changements démographiques (augmentation et vieillissement de la population française), et le risque de mortalité par cancer a en fait diminué entre 1980 et 2005.

Ainsi, pour l’ensemble des cancers, les évolutions au cours du temps de l’incidence et de la mortalité sont divergentes, augmentation de l’incidence et baisse de la mortalité. Cette divergence s’explique en particulier par l’évolution croisée des cancers les plus agressifs dont l’incidence chute ces dernières années, comme par exemple le cancer de l’œsophage, de l’estomac et des voies aérodigestives supérieures, et des cancers de pronostic plus favorable, en augmentation, comme les cancers du sein et de la prostate.

Considérant l’ensemble des localisations cancéreuses dont l’incidence augmente, l’analyse des données montre que chez la femme, la moitié des cas supplémentaires sont représentés par des cancers du sein, et chez l’homme environ 70% des cas supplémentaires sont représentés par des cancers de la prostate, ces deux cancers ayant fait l’objet d’un dépistage croissant ces 25 dernières années, conduisant à une évolution fortement divergente de leur incidence et de leur mortalité. Ainsi, ces résultats confirment qu’à côté des évolutions démographiques, les modifications des pratiques médicales et en particulier l’extension du dépistage jouent un rôle éminent dans l’augmentation du nombre de cas de cancers en France, dont une partie n’aurait jamais émergée cliniquement en l’absence de dépistage. Pour autant, l’évolution de la démographie et des pratiques médicales n’expliquant pas à eux seuls l’augmentation constatée, l’hypothèse que les modifications de l’environnement en soit responsable en partie doit faire l’objet d’un effort de recherche constant portant à la fois sur l’existence et la nature du lien causal et sur la mesure de l’exposition des populations à des cancérigènes avérés ou probables.

Source : Institut de Veille sanitaire