Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 13 décembre 2017

Bel et indispensable ouvrage de pollinisation
© Photo : Jacques Solomiac

Editorial 25 novembre 2010

Audience ou déontologie

La l’urgence médiatique a rendu aveugles et sourds les journalistes.

La video qui est proposée ci-dessous montre comment la mayonaise de l’information peut aveugler la presse de grande écoute. Jusqu’à raconter et amplifier une information sans faire aucune enquête et sans vérifier quoi que se soit.

Ce n’est pas nouveau. Un grand reporter d’un quotidien national, un dimanche après midi, dictait à une sténo de presse un "papier" sur les évènements au Tchad. Calé dans le fauteuil de son bureau de la rue du Louvre (Paris 2e) le journaliste conclut sa dictée par : "de notre envoyé spécial R. G." Un peu honteux de ma présence il tente de se justifier. mais le lendemain les lecteurs pouvaient être sûrs que le journal avait sur place un témoin de ce qui était raporté dans le journal.

Une charte. Mais seulement pour quelques journaux.

Extraits : ... Parmi les dix devoirs, le respect de la vérité et de la vie privée, l’impératif de ne publier que des informations « dont l’origine est connue » ou accompagnées de réserves, l’obligation de « rectifier toute information qui se révèle inexacte », de « ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement » et de refuser les pressions comme « les consignes, directes ou indirectes, des annonceurs ».

La charte dite de Munich, ses 10 devoirs et ses 5 droits n’est pas signée et adoptée par tous les médias.

En France le Rapport Brachard proposait une organisation de la profession : "L’établissement de la carte d’identité aidera puissamment à l’organisation méthodique d’une profession longtemps demeurée dans l’anarchie. Les intérêts moraux y vont de pair avec les intérêts matériels ; mais il s’agit aussi d’instituer et de poursuivre un sérieux enseignement technique, qui assurera le recrutement rationnel de la profession et haussera le niveau des valeurs." ...

Un seul objectif : audience = pub

La multiplication des médias : plus de radios, plus de chaînes de télévision, plus de journaux (et des gratuits), l’arrivée d’Internet qui a développé le principe de l’information instantanée et invérifiable, a mis fin à la qualité minimale de l’information.
Le gà¢teau de la publicité a du être divisé pour tous ces acteurs. Alors il faut être le premier, faire vite et avec un minimum de moyens.

L’information aujourd’hui c’est, trop souvent, la course à la médiocrité.