Contre la tempête du progrès pour une insurrection pacifique

Ça se passe aujourd'hui

Le 13 décembre 2017

La vie 26 octobre 2017

26 Octobre

Dicton : « A Saint-Evariste, jour de pluie, jour triste. »

C’est la fête de : Dimitri, Cédric, Evariste …

Œuvre des poètes du calendrier républicain : Oie

Sagesse : Depuis six mille ans la guerre plait aux peuples querelleurs. Et Dieu perd son temps à faire les étoiles et les fleurs.

Du ciel à la terre :
Soleil 2017 Gap : 8h 05, 18h 34 ; soleil ; (Pluv. 472,6 mm) ; temp. : 4,8°/25,2° (H : 65%) Phase lunaire, Premier quartier, croissante, ascendante. Au jardin, jour fruit. Prélever les rejets de framboisiers à replanter ailleurs. Poursuivre les plantations d’arbustes à petits fruits. Ouvrir les trous de plantation des arbres fruitiers à planter en fin d’automne. Supprimer les fruits momifiés et les feuilles mortes, pour les détruire ; traiter les fruitiers contre la moniliose avec de la bouillie bordelaise si le temps est doux (9°C dans la journée) et sec. Si les premières gelées ont eu lieu, récolter les fruits qui se consomment blets : kakis, nèfles. Poursuivre la récolte des olives. En régions douces, semer des fèves et des pois à grains ronds.

Soleil 2016 Gap : 8h 05, 18h 34 ; nuageux avec éclaircies (Pluv. 629,6 mm) ; temp. : 8,6°/19° (H : 98%) ; Phase lunaire, Dernier croissant, décroissante, descendante. Au jardin jour fruit. Au verger, ramasser les fruits momifiés et les feuilles mortes pour les brûler ; traiter les fruitiers contre la moniliose avec de la bouillie bordelaise si le temps est doux (9°C dans la journée) et sec. Récolter les olives si des gelées sont prévues pour les porter sans tarder au moulin, ou les mettre en saumure après les avoir piquées ou tapées. Prélever les rejets de framboisiers et planter ailleurs. Poursuivre les plantations d’arbustes à petits fruits. Ouvrir les trous de plantation des arbres fruitiers à planter en fin d’automne.

Soleil 2015 : 7h 05, 17h 34 ; nuageux puis soleil (Pluv. 699,4 mm) ; temp. : 2,2°/18,1° (H : 95%) ; Phase lunaire, Gibbeuse croissante, croissante, ascendante. Au jardin, jour feuille. Ne pas jardiner après 9h. (Périgée à 14h 01). Récolter les épinards, les laitues pommées, la mà¢che, l’oseille, les choux de Bruxelles et les légumes mis à blanchir (chicorées, frisées, cardons). Faire des réserves d’aromatiques.

Soleil 2014 Gap, passage à l’heure d’hiver : 7h 05, 17h 34 ; brume puis soleil, pluie : 735,8 mm ; temp. : 7,1°/18,1° (H : 90%) ; Phase lunaire : Premier croissant, descendante, croissante. Au jardin, jour feuille. Repiquer, planter ou éclaircir les salades, les épinards, choux, cardons, céleris.

Soleil 2013 Gap : 8h 05, 18h 34 ; soleil ; temp. : 8,9°/6° (H : 97%) ; Phase lunaire, Dernier quartier, descendante, décroissante. Au jardin, jour fleur puis jour feuille à 12h.

Ce jour là  :
- 1759  : Georges Jacques Danton est né à Arcis-sur-Aube.
Après des études de droit il s’inscrit au barreau de Paris. Son mariage avec la fille d’un riche cafetier parisien lui permet d’obtenir la charge d’avocat au Conseil du roi en 1787.
Il ne joue aucun rôle dominant avant le 10 août 1792 bien qu’en 1789 il participe aux réunions du district des Cordeliers, avec Camille Desmoulins et Jean-Paul Marat. Devenu président des Cordeliers, il gagne sans cesse en popularité, notamment grà¢ce à ses qualités d’orateur.
Après la fusillade du Champ-de-Mars, le 17 juillet 1791, contre les manifestants républicains, Danton se réfugie quelque temps en Angleterre. A son retour, il est élu substitut du procureur de la Commune de Paris avec l’aide de la cour, qui pratique alors la politique du pire. Danton favorise les révolutionnaires parisiens, le 10 août 1792. De connivence avec eux l’Assemblée législative le nomme ministre de la Justice.
Le 2 septembre 1792, devant l’invasion autrichienne menaçante, il demande : « De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ! » Il est élu député de Paris le 5 septembre.
A partir d’août 1793, il défend les revendications des sans-culottes, appuie la mise de la Terreur à l’ordre du jour, comme la création de l’armée révolutionnaire. A cause des mesures prises par Robespierre, Danton se retrouve presque sans amis. Il est compromis par l’association de son nom à celui du député Fabre d’Églantine dans l’affaire de la liquidation de la Compagnie des Indes.
Le 30 mars 1794, Danton est arrêté avec Camille Desmoulins et Fabre d’Églantine, sous le prétexte d’être un ennemi de la République. Il est condamné à mort et guillotiné le 5 avril 1794 en compagnie de Camille Desmoulins.
Ses derniers mots lancés au bourreau sont restés célèbres : « N’oublie pas surtout, n’oublie pas de montrer ma tête au peuple : elle en vaut la peine. »

- 1916 : François Mitterrand est né à Jarnac en Charente.
Mitterrand étudie à Paris le droit et les lettres. Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier en Allemagne, puis il rejoint la Résistance après s’être évadé. A Vichy, il travaille au commissariat au reclassement des prisonniers de guerre. Après la libération de Paris, il est secrétaire général aux prisonniers de guerre. Il entre en politique, élu député de la Nièvre, en 1946 et sera successivement : ministre des anciens combattants, ministre de l’Intérieur et ministre de la justice. Il est battu par le Général de Gaulle aux élections présidentielles de 1965. Au Congrès d’Epinay, en 1971, il est élu premier secrétaire du nouveau Parti socialiste en parvenant à unir la gauche. Il échoue une nouvelle fois aux élections présidentielles anticipées de 1974. Mais il ne renonce pas : le 10 mai 1981, après des années de gouvernement de droite, il est élu président de la République, et réélu le 8 mai 1988.
François Mitterrand a joué, en tant qu’homme politique, un rôle important dans l’histoire de la Vème République. Du régime de Vichy à l’Élysée, en passant par la Résistance, son parcours est celui d’un jeune homme ambitieux. Celui qui a dirigé la France pendant quatorze ans laisse derrière lui de grandes avancées sociales pour son pays sans pour autant masquer des scandales politico-financiers, ainsi qu’une violente polémique sur son rôle dans le gouvernement Pétain. Un homme politique « intelligent » qui laisse à ses "camarades" les plus à gauche beaucoup d’amertume.
Il meurt à Paris le 8 janvier 1996.